Le Grand Santini

grand santiniAuteur :  Pat Conroy (USA)

Biographie : Fils d’un colonel de l’armée US, Pat Conroy a passé son enfance à déménager. Poussé un peu par son père, il s’engage dans une école militaire de Caroline du Sud. Bien que brillant élève, il renonce à la vie militaire. Mais cette école sera à l’origine de sa carrière d’écrivain. Il lutte contre le racisme et publie The Water is Wide en 1972, ce qui lui vaut un prix de l’Association nationale d’éducation; le film tiré du livre met en vedette Jon Voight. C’est « Le grand Santini » (1976) qui le fait vraiment connaître du public. Le roman a été adapté au cinéma en 1979 avec Robert Duvall. Il rencontre un succès international avec « Le Prince des Marées » (1986), écrit à Rome, qui sera adapté au cinéma en 1991 par Barbara Streisand.

Présentation : Entrez dans le monde épouvantable, fier et cruel, de Bull Meecham, dit « Le Grand Santini »! Bull, comme son prénom l’indique (« Taureau »), n’est pas un personnage de tout repos. As de l’aviation américaine, marine farouche, pétri de morale catholique et de principes d’ordre, il mène la vie dur à ses subordonnés, bien sûr, mais surtout à sa famille. Sa femme Lilian est partagée entre l’amertume et l’admiration du héros et ses quatre enfants supportent tant bien que mal l’autorité démentielle du tyran. Ben, notamment : à dix-huit ans, âge ou, en 1962, dans un milieu conservateur, se forger une personnalité n’est guère aisé, il va devoir affronter le Père.

Mon avis : Je découvre l’auteur Pat Conroy à travers ce roman autobiographique bouleversant. L’intrigue se déroule en Caroline du Sud en 1962 en pleine guerre froide. Bull, pilote de chasse, mène la vie dure à sa famille. Pas question de montrer ses sentiments ou ses faiblesses, il traite sa femme et ses enfants comme il traite ses subordonnés, à la baguette. Mais Pat Conroy réussit le pari de rendre son héros sympathique malgré tout. C’est vrai qu’on le déteste le plus souvent, mais malgré son sale caractère, je me suis surprise à le plaindre. Je n’ose même pas imaginer la pression que peut subir un homme dans sa position. Bien entendu, ce n’est pas une excuse pour qu’il s’en prenne à sa famille. Et c’est justement entre haine et amour que Ben , le fils aîné, tente tant que mal de s’affranchir de l’autorité de ce père qui peut se montrer violent par moment. J’ai tout simplement adoré ce roman, que je recommande vivement. Il me tarde de découvrir Le Prince des Marées du même auteur. Merci à francksbooks.com pour cette merveilleuse découverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s