Conseils clés pour corriger son manuscrit

Hand with Red Pen Transcribing a StoryQuand l’auteur a enfin écrit le mot FIN, il n’est pas au bout de ses peines. Commence alors le travail de relecture. Un travail crucial car il va mettre en valeur son ouvrage. Qu’il s’agisse de l’envoyer à un éditeur ou de le publier lui-même pour se confronter à ses premiers lecteurs, l’auteur doit mettre toutes les chances de son côté. Et un livre, papier ou numérique, sans fautes de frappe, d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation va permettre à ses lecteurs d’apprécier son travail à sa juste valeur. La correction est donc une étape essentielle pour séduire ses lecteurs.

5 conseils de correcteur professionnel

1. Il faut imprimer votre manuscrit

Car à l’écran le cerveau et l’œil ne vont pas à la même allure. Pendant que le premier analyse un accord ou repère une faute, le deuxième est déjà au bout de la phrase. Sur le papier, on voit mieux, on peut annoter, souligner et y revenir ensuite, marquer un repère et prendre le temps de consulter un dictionnaire. Ensuite, bien sûr, il faut retranscrire les corrections à l’écran, ce qui peut être une nouvelle source de fautes. La vigilance est de mise !

2. Astuce : la relecture à l’envers

C’est un bon moyen de se libérer du récit, de sa chronologie, et de se concentrer sur l’orthographe. Procédez par plusieurs pages : prenez les cinq dernières, puis les cinq précédentes et ainsi de suite. Et faites l’exercice sur plusieurs jours car la fatigue diminue l’attention.

3. Prenez des crayons de couleurs, un Stabilo

Au moment de retranscrire vos corrections à l’écran, c’est le seul moyen de ne rater aucune virgule, aucun accent, aucune correction aussi minime et discrète soit-elle, même perdue au milieu d’une page. Votre cerveau a même ce pouvoir d’enregistrer les repères visuels et lorsque vous vous rappellerez que c’est quelque part en haut à droite, vous le retrouverez plus vite si c’est en rouge ou surligné.

4. Faites une relecture avec un logiciel de correction

Il n’a pas votre cerveau, mais il fera une première analyse de grammaire et d’orthographe et décèlera les fautes de frappe (selon votre exigence : correcteur d’orthographe installé sur votre ordinateur, services gratuits sur Internet : Cordial, Scribens…, logiciel comme Antidote). C’est une aide précieuse, mais cependant, on sait qu’aucun logiciel de correction n’est pas 100 % fiable. Il ne repèrera pas toutes les erreurs et n’interviendra pas sur les tournures de phrases maladroites. Ce n’est donc pas suffisant.

5. Faites relire par une personne qui ne connaît pas votre livre. Et s’il ne vous connaît pas, c’est encore mieux !

Un nouveau lecteur n’anticipe rien, il découvre. Et il est d’autant plus attentif. Si des fautes, des répétitions, des maladresses demeurent, il les repèrera plus facilement. Si vous lui donnez un crayon rouge, il saura qu’il peut corriger ou souligner. Vous jugerez ensuite de la pertinence de ses remarques et de ses corrections.

Bonne écriture !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s