Les trois éléments essentiels pour réussir dans l’auto-publication

couv_nouvL’auto-publication est accessible à tous grâce à internet. Toutefois, avant de se lancer, les auteurs doivent réunir tous les éléments pour réussir :

  • le fond: un livre intéressant et bien écrit
  • la forme: un livre avec un design intérieur et extérieur professionnel et soigné
  • la promotion: un marketing bien planifié et exécuté

Un auteur ne pourra espérer un succès que lorsqu’il aura réuni ces trois éléments. Il lui faudra ensuite une ténacité à toute épreuve et respecter les trois règles d’or de la réussite : le travail, le travail et le travail !

La plupart des auteurs auto-publiés semblent satisfaits de l’apparence de la couverture de leur livre. En général, cette apparence est « présentable »  lorsque le livre n’a pas de concurrent professionnel près de lui. Mais dès qu’il est comparé avec un produit commercial, il ne fait plus le poids. L’auto-publication aura acquis ses lettres de noblesse et se débarrassera de sa mauvaise réputation lorsqu’elle aura compris et intégré que le professionnalisme est de rigueur.

L’importance de la couverture du livre

Intéressons-nous au deuxième aspect, celui de la forme. La couverture du livre a essentiellement deux buts :

  • protéger le produit
  • être un instrument de vente du produit

Nous vivons dans une société de consommation où le marketing est omniprésent. Les entreprises dépensent des sommes astronomiques pour la seule présentation de leurs produits. Rien n’est épargné pour séduire le consommateur. Que nous le voulions ou non, c’est la loi du marché. C’est bien connu : l’emballage vend !  Qu’il s’agisse de savon, de céréales, de voitures ou de livres.

La loi du 8 secondes et du 15 secondes

Selon une étude du Wall Street Journal, le bouquineur moyen dans une librairie prend 8 secondes pour examiner la couverture d’un livre  et 15 secondes pour lire la quatrième de couverture. Le but de la première de couverture est donc de communiquer l’idée : « Je suis intéressant, prends-moi dans tes mains » et celui de la quatrième de couverture de véhiculer l’idée : « Achète-moi! ».  Vous disposez donc de très peu de temps pour convaincre votre futur lecteur d’acheter votre livre.

Les spécialistes affirment que la première de couverture devraient contenir tout au plus 12 mots et la quatrième de couverture autour de 75 mots. Retenez-la comme la règle du 12/75. Ce sont moins de cent mots. Cependant, ce sont les plus importants de l’ouvrage.

Bonne écriture !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s