Écrire un roman: 5 étapes à suivre 4/5

silence-des-agneauxRacontez une histoire intéressante

Une bonne histoire est, tout d’abord, une histoire avec des enjeux suffisamment plausibles pour captiver le lecteur.

La question que ce dernier devrait se poser est la suivante : « Le protagoniste va-t-il atteindre son objectif ? ». C’est la question dramatique !

Voici la question dramatique de certains romans :

  • Clarice Starling parviendra-t-elle à arrêter le tueur en série ? (Le Silence des agneaux de Thomas Harris) ;
  • Harry Potter et ses amis parviendront-ils à détruire les Horcruxes ? (Harry Potter et les Reliques de la Mortde J. K. Rowling) ;
  • Roméo et Juliette pourront-ils vivre leur amour ? (Roméo et Juliette de William Shakespeare) ;
  • le jeune reporter, Rouletabille, arrivera-t-il à résoudre le crime ? (Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux).

Ce qui fera que votre roman se distingue des autres est les moyens mis en œuvre par le protagoniste pour atteindre son but. Attention, pour que votre roman fonctionne, l’enjeu, c’est-à-dire ce que le personnage peut gagner ou perdre à travers son objectif, doit être fort !

L’enjeu le plus évident me semble le danger de vie ou de mort. Dans Rançon de Danielle Steel, Fernanda Barnes, endetté suite au suicide de son mari, doit payer une rançon exorbitante pour libérer Sam, son fils de six ans.

Astuce : Le lecteur a du mal à accepter un « deus ex machina », un évènement improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute.

Pour éviter toute déception, la notion de préparation/paiement existe. Une préparation est un élément de l’intrigue (objet, personnage, etc.), apparaissant pendant le déroulement de l’œuvre, afin d’être réutilisé plus tard.

Dans le film Mission impossible de Brian De Palma, Jim Phelps, agent de la CIA, reçoit une tablette de chewing-gum explosif, tout au début. Il l’utilise à deux reprises : la première fois pour fuir et la deuxième fois pour vaincre l’antagoniste.

Ce sont des paiements que le spectateur ne vit pas comme un hasard.

Deuxième astuce : Vous avez du mal à lancer votre intrigue ? Une autre technique du cinéma, facilement applicable, est le MacGuffin. C’est un objet prétexte qui initialise l’histoire, mais qui s’avère, plus tard, sans importance.

Dans la nouvelle, Le Corps de Stephen King, le cadavre que les quatre garçons partent chercher n’est qu’un prétexte pour nous faire vivre leur voyage initiatique.

Bonne écriture !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s